mardi 10 janvier 2017

Séance de midi

19:00 Posté par Titia G , Pas de commentaire


La route traçait ma destinée sur cette mystérieuse première séance. Le paysage défilait tel un champs de bataille où les rayons de soleil se battaient contre le givre déterminé à s'imposer en cette journée d'hiver. Les pins scintillaient de mille feu. Mon esprit errait à travers mon imaginaire. Qu'allait-il me faire. Mon Maître en maintenait le doux secret. L'inattendu, l'imprévisible, rien n'était plus beau que de s'abandonner en toute confiance sans avoir la moindre idée de ce qui peut arriver.

Obéissante à ses ordres je lui signalais dès mon arrivée ma présence. Sa silhouette se dessina à quelques mètres de moi, le téléphone collé à l'oreille. Mon coeur se mit fortement à battre de joie et d'inquiétude. Le bonheur de le retrouver et de sentir cette sérénité et ce charisme envoûtant, et le stress de la séance à venir. Je laissais mes émotions m'envahir pour ne perdre aucune des sensations. Ce doux équilibre qui caractérise si bien notre relation.

Dans la cuisine, sa courtoisie m'impressionna. C'est tellement rare de voir un homme prendre ainsi soin d'une femme. Une denrée en or dont je suis l'heureuse bénéficiaire. Une fois débarrassée de mes accessoires, il m'invita à passer dans le salon. Mon Maître s'imposa naturellement. Je comprenais alors que la séance commençait.

Première leçon : La présentation.Toujours de sa voix douce et ferme, mon Maître m'expliqua comment à chaque fois que je viendrai le voir, je me devrai de me présenter. Une posture simple au demeurant et difficile mentalement pour son côté humiliant, imposait à mon esprit mon transfert en propriété de mon Maître. Son regard autour de mon corps m'enveloppait de sa protection et ses doigts erraient sur mon corps abandonné.

Les plaisirs s'enchaînèrent entre puissance et passion. Mon plaisir était immense et rayonnait dans mon antre. Je me laissais guider par ses excès de plaisir et ses souffles de récupération à l'image d'une symphonie en cours d'écriture. De ses doigts habiles et créatifs, il tissa sur ma poitrine un beau bondage valorisant mes seins avec fierté. Les coups  firent une première entrée en scène, titillant et parfois mordant. La douleur était supportable et je l'appréciais pour l'excitation qu'elle m'apportait. Mes seins et mes têtons étaient mis à rude épreuve. La douleur très aigue était pour moi la plus difficile à supporter. Pourtant je n'avais qu'une seule envie : tenir. Tenir pour ne pas décevoir mon Maître, pour son plaisir.

Mon corps était fidèle à ma description sur mes réactions. Mon Maître voulait découvrir le potentiel de son jouet. Il m'allongea sur la table basse. Des cordes liaient mes membres entre eux bloquant la moindre intention de mouvement. Une boule dans la bouche et les yeux dans l'obscurité d'un doux masque soigneusement adaptée, j'étais offerte sans moyen de me protéger de cette nouvelle étape de la séance. Ce fut au tour de mon sexe de découvrir la douleur et l'obéissance. Les coups étaient mesurés et pourtant ma sensibilité croissait. Mélange de honte, d'humiliation, de fierté et de désir. Mon Maître ne se trompait pas sur ces jeux. Il prenait doucement le contrôle de mon clito lui imposant ses désirs. Le plaisir me portait dans une immense libération jusqu'à la jouissance qu'il domina.

La troisième partie de la séance commençait par une fessée qu'il dirigea avec volupté. Des coups posés et radiant accompagnés de caresses rassurantes. Il était temps de revenir sur un jeu inattendu, surprenant même. Un jeu où mon Maître a poussé sur mon point le plus sensible mes tétons et mes seins. Les larmes coulaient des morsures des pinces et de leur retrait tout stimulant le plaisir.

La fin de la séance s'approchait. Mon Maître décida de vérifier si j'avais bien appris les deux positions qu'il m'avait transmise. Et me fit les exécuter. J'étais fière en position d'attente malgré l'inconfort qu'elle générait sur mon corps. Puis ce fut au tour de l'humble ou mon Maître pris plaisir à me faire sentir son côté humiliant pour moi. La séance se termina avec une dernière leçon pour apprendre à servir son Maître et je fus autorisée à m'asseoir à ses côtés.

J'étais complètement vidée, heureuse et invulnérable. Je sentais la puissance de mon corps, de son impact sur mon Maître et les désirs qu'il avait su susciter en lui. Il était temps pour moi de rentrer. Un dernier baiser respectueux et un remerciement. 





                                                                                                    

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire